b2ap3 icon ronchon4-small

Bienvenue sur le Blog du Ronchon.

Ce blog, public, contient des billets d'humeur, en général relatifs aux péripéties de l'actualité politique hexagonale, sans périodicité régulière.

La route de la servitude

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

La pensée libérale est souvent caricaturée dans notre pays

 b2ap3_thumbnail_servitude-couverture.jpg

La pensée libérale, pourtant largement d'origine Française, est mal connue dans notre pays où droite et gauche communient trop facilement dans les illusions de l’interventionnisme étatique. Pourtant, comme le démontre chaque jour l'actualité, dans nos sociétés mondialisées et hyper complexes, le politique, quel que soit son talent, est parfaitement incapable de concevoir le plan parfait qui nous mènera au bien être.

 

Au contraire, par ses interventions incessantes et inopportunes, il anéantit les mécanismes d'adaptation qui, à travers la multitude des choix individuels, façonnent l'évolution de nos sociétés.

Le progrès d'une société à moins à attendre des ordres du pouvoir, adressés à des êtres infantilisés, que des initiatives de chacun, individu autonome, respecté, adulte et responsable.

La question qui se pose,c'est de savoir s'il vaut mieux que le gouvernement se borne à créer des conditions offrant les meilleures chances aux connaissances et à l'initiative des individus, en sorte de leur permette, à eux individus, de faire les meilleurs plans possibles; ou si l'utilisation rationnelle de nos ressources requiert une direction et une organisation centrales de toutes nos activités, conformément à une épure délibérément élaborée.

Sous le titre "interventionnisme et idées simples" M.Pierre Briançon a publié un excellent article dans le supplément économique du Monde  du 11 mai 2014, dont je ne peux résister au plaisir de vous citer la conclusion :

...Qu'on arrête  d’exiger des promesses - en particulier en matière d'emploi- qui  ne seront jamais tenues. On demande simplement aux gouvernements de laisser respirer le capitalisme sans en subir passivement les foucades et les outrances, en ayant une conscience claire, raisonnable et à long terme de l'intérêt général. Est-ce vraiment trop exiger ?

 

La route de la servitude, de Friedrich A. Hayek, édité aux PUF

Mots-clés: préjugés, Economie, Media, partis politiques, idéologie

Aucune opinion sur ".

Laissez votre commentaire

En réponse à Some User